Macron, la peine

Après une campagne sous acide, les électeurs ont choisi leurs finalistes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Bon.

Mon premier réflexe a été de soupirer longuement, il n'était pas question de tergiverser. Entre un programme fantôme et un programme d'extrême-drauche, je fais de Casper mon candidat.

Nouveau soupir.

Lire la suite

Flattr this!

Marine Le Pen et « le bipartisme » continuent de s’entretenir mutuellement

Cet article a été écrit par Benjamin Bousquet que j'ai l'honneur d'accueillir à nouveau sur Électrice.fr. Merci Benjamin et bonne lecture à tous !

Victoire de la droite, percée du FN, défaite cinglante de la gauche, désaveu du gouvernement et de Hollande… un constat rapide, clair et efficace. Mais comme à chaque résultat contrasté, nos politiques ont bien du mal à se remettre en question. Le sujet central des débats suivant les résultats électoraux, porta sur le succès du Front National dans plusieurs villes françaises. Dès lors, nous avons assisté à un mélodrame aussi pathétique que gênant sur les différents plateaux télévisés. Entre L’UMP prodiguant à l’unanimité -officiellement- la politique du “Ni-ni” (comprenez ni alliance avec le FN, ni avec le PS) et le PS, pensant incarner l’exemplarité morale du pays et voulant bâtir le fameux Front Républicain pour empêcher toute percée frontiste supplémentaire, le citoyen français s’est sans doute senti, une fois de plus, un tant soit peu lésé.

Lire la suite

Flattr this!

Démagogie : la dissolution des groupes d’extrême-droite

La mort tragique de Clément Méric a donné lieu à un torrent de bêtises que rien ne peut sembler arrêter.

Après le stade « Les Antifas sont de tendres agneaux », nous passons au stade « Il faut dissoudre ces groupes ».

Notons que si Marine Le Pen, Jean-Marc Ayrault, Benoist Apparu, Manuel Valls et bien (trop) d'autres sont d'accord pour dissoudre les groupes d'extrême-droite, Jean-François Copé survole le peloton avec une demande de dissolution pour les groupes des deux extrêmes. Un poil mieux, mais seulement un poil.

Comment faut-il leur dire que ce type d'action est contre-productive ? Faut-il que Jean-Yves Camus explique que la dissolution de groupes d'extrême-droite est inutile ? « On ne peut pas faire obstacle à ces reformations »

Faut-il que ce soit Sylvain Crépon qui explique que c'est la meilleure façon de perdre de vue les membres de ces groupes ?

Comment faut-il leur dire que les spécialistes sont très réservés sur l'efficacité de la dissolution des groupes extrêmistes ?

On le voit, nos chers démagogues sont d'accord sur une proposition totalement absurde. Quant à Jean-François Copé, si je note que c'est légèrement mieux, c'est parce qu'il propose d'agir sur les 2 bords. Même si je ne doute pas de son envie de surenchérir dans la demande d'action, au moins, en s'en prenant aux deux extrêmes, il ne risque pas de créer un sentiment de martyr dans les groupes dissous.

Il est vraiment temps que le calme revienne et que cette affaire soit ramenée à une simple bagarre tragique. Hollande a besoin de rideaux de fumée pour cacher la faillite qui menace et son incapacité à agir. Ne lui faisons pas ce cadeau.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!

Et si c’était Marine, le problème ? – Le Lab

Comme à chaque élection, le Front national nous refait le coup des signatures. Les 500 exigées ne seraient pas obtenues et ne sembleraient pas sur le point de l'être. Comme le gamin qui a trop crié au loup, le Front national a du mal à être cru sur ce point, pourtant ça pourrait bien être vrai cette fois-ci.

Marine Le Pen court de micro en micro pour expliquer le déni de démocratie dont elle serait victime, accuse tour à tour UMP et PS de faire pression sur les élus et se pose en pasionaria menacée. Il est difficile de dire si son inquiétude est réelle ou feinte et si ce qu'elle affirme est vrai ou pas. Cependant, si les maires lui refusent leur signature, est-ce seulement parce que les partis les y incitent ?

(Lire la suite...)

Parti(s) :

Flattr this!