L’indécence de Ségolène Royal

Dans le journal Sud-Ouest, Ségolène Royal conseille aux patrons « d'arrêter de se plaindre ». C'est l'une de ces petites phrases démagos, faciles que nos élus aiment balancer, mais qui, de sa part à elle, est particulièrement indécente.

La présidente du Poitou-Charentes a toujours joui de la générosité que l'État a pour ses serviteurs. Sa vie professionnelle ne l'a jamais engagée en rien. Elle perd une élection ? Bah ! Un autre siège l'attend !…

Elle n'est responsable de rien, l'argent qu'elle dépense n'est pas le sien, c'est de l'argent public, l'argent des contribuables. Elle n'a de compte à rendre à personne. La plus grosse sanction qu'elle risque est une défaite aux élections. Elle peut embaucher à volonté, par clientélisme, par caprice ou, éventuellement, par nécessité.

Un chef d'entreprise a bien souvent personnellement engagé ses fonds propres, voire ses biens, dans le capital de sa société. S'il a des actionnaires, il doit leur assurer un bénéfice. Lorsqu'il doit, hélas, licencier, ce n'est jamais de gaieté de cœur.

Le chef d'entreprise aimerait pouvoir embaucher à tour de bras chaque jour, mais la gestion d'une structure privée ne permet pas toutes les fantaisies. Il aimerait aussi pouvoir lancer des projets au gré de ses envies, sans se soucier de l'avenir, ni des résultats, il ne le peut tout simplement pas.

Aujourd'hui, un chef d'entreprise est condamné à réussir, sous peine de honte. Pour cela, il a besoin de visibilité afin de définir une stratégie. La situation mondiale est plus que complexe, il faut aux dirigeants, au minimum, une stabilité nationale. Les normes, taxes et contraintes diverses ne peuvent pas changer du jour au lendemain. C'est pourtant ce que lui impose le gouvernement Ayrault.

Notre beau pays, dans sa folie, a fait des chefs d'entreprise, des héros modernes payés d'ingratitude. Le minimum eut été qu'une privilégiée comme Ségolène Royal s'abstienne de ses critiques désobligeantes. À moins qu'il ne faille aussi lui rappeler qu'elle les trouvait plus intéressants lorsqu'elle voulait sauver Heuliez…

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Parti(s) :

Flattr this!

Démagogie : la méthode Placé

Un homme politique doit mener des actions courageuses contre les dérives existantes ou à venir qui menacent les citoyens. Ce n'est pas forcément vrai, mais c'est trop souvent perçu ainsi. Cela amène beaucoup d'élus à lancer des combats contre des moulins à vent, des licornes enragées ou des invasions aliens.

Jean-Vincent Placé ne fait pas exception à la règle, il a même trouvé un chouette cheval de bataille, un modèle à paillettes !

Lire la suite

Parti(s) :

Flattr this!

Non, la gauche n’est pas le beau et le bien

C'est une confusion courante que commettent souvent les militants de gauche : le monde serait divisé en trois. À gauche, c'est le beau et le bien. À droite, les salauds. À l'extrême-droite, les pires salauds du monde qu'il faudrait exterminer.

Lire la suite

Flattr this!