Speakers’ Corner ou la campagne open-bar

Chaque campagne électorale est composée de divers ingrédients, des programmes des candidats aux boules puantes. Il y a aussi les pique-assiettes, ceux que la presse pointe en disant qu'ils "s'invitent dans la campagne".

Pour cette présidentielle 2012, le débat d'idées est un peu faiblard. Au PS, on peut résumer le discours à : "Sarkozy, il est tout vilain, il a tout fait mal, il vous fait du mal, venez voir Papa Hollande, il est normal, lui". À droite, Nicolas Sarkozy rappelle que "il a tout donné, il s'est parfois trompé, nobody's perfect, mais il s'est amélioré et il sait, lui, ce qu'il va falloir affronter dans les cinq ans à venir". Ce qui est vrai, d'ailleurs.

(Lire la suite...)

Flattr this!

Des paroles et du tact (Le Lab)

Ce soir, cinq des dix candidats à la présidentielle ont été invités dans l'émission Des paroles et des actes. Pour la petite histoire, notons qu'il s'agissait de Nicolas Dupont-Aignan, Eva Joly, François Hollande, Marine Le Pen et Philippe Poutou.

Je n'ai pas vraiment compris le concept de l'émission. Des journalistes étaient présents et posaient des questions plus ou moins pertinentes, on pouvait s'attendre à une véritable épreuve. Si épreuve il y a eu, ça n'a été que pour les téléspectateurs. Certains ont dû se tenir les côtes et souffrir de la mâchoire à force de rire, d'autres ont dû pleurer toutes les larmes de leur corps.

(Lire la suite...)

Flattr this!

La campagne en moins ennuyeux (Le Lab)

Les observateurs et les Français l'affirment : cette campagne est ennuyeuse. Malgré l'humour de Nicolas Sarkozy, les cascades d'Eva Joly et les randonnées parisiennes de Jean-Luc Mélenchon, on a hâte que cela se termine.

Il y a pourtant une autre façon de vivre cette campagne, de la rendre plus ludique. Les éditeurs de jeux en ligne ou en boîte ont été inspirés et ils nous proposent de quoi nous former à la politique tout en nous amusant.

(Lire la suite...)

Flattr this!

Le déni et l’absence (Le Lab)

Tandis que The Economist hallucine de voir les programmes électoraux surréalistes en cette période de crise grave, Jean Quatremer constate la disparition de l'Europe dans les discours des candidats.

Pour quiconque possède un peu de lucidité et de connaissances économiques, effectivement, la campagne est totalement absurde.

La palme du loufoque revient aux candidats d'extrême-gauche, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud ex-æquo. Quand ils proposent l'interdiction des licenciements ou le paiement à vie des salaires, ils devraient soit faire hurler de rire, soit être hués, mais ils sont applaudis. Bien sûr, en entretien, certains journalistes comme (3)Jean-Jacques Bourdin vont jusqu'à manifester leur étonnement, mais pas plus. Des éditos critiques devraient recadrer les candidats et leur rappeler la réalité, mais non, la courtoisie française interdit d'aller plus loin que le fact-checking.

(Lire la suite...)

Flattr this!