Le Penelopegate, oui certes mais…

Je vais sans doute choquer beaucoup de gens mais le désormais nommé Penelopegate ne me bouleverse pas et ce, pour plusieurs raisons.

Le bénéfice du doute

Pour l'instant, tout ce qu'on sait, c'est que François Fillon a rémunéré sa femme en tant qu'attaché parlementaire. C'est parfaitement légal, le statut de député-employeur le permet. Le salaire versé entre dans la fourchette autorisée même si la presse préfère vous parler de la somme totale en brut et non du net mensuel. On vous expliquera que c'est le total qui est important, je répondrai que c'est surtout plus putaclic de parler de grosses sommes.

La seule chose qui sépare la légalité de l'abus est la réalité du travail effectué. Si Penelope Fillon a été payée sans remplir la moindre des fonctions de collaborateur parlementaire, c'est bien un détournement d'argent public. Attendons le résultat de l'instruction du parquet financier et saluons au passage l'incroyable rapidité avec laquelle cette enquête a été ouverte (moins de 24 heures !).

Le conjoint précieux

Beaucoup de personnalités artistiques, politiques ou d'affaires n'auraient jamais réussi sans le concours énorme de leur partenaire. On constate souvent qu'il s'agit plus souvent de la réussite d'un couple que d'un individu. Qu'on parle de René Angélil et Céline Dion ou de Barack et Michelle Obama, c'est un travail d'équipe solide et constant. Même si le conjoint n'est pas explicitement rémunéré ou valorisé, comme Bernadette Chirac qui n'a connu la célébrité que tardivement, c'est son soutien actif qui favorise avant tout l'ascension.

Je doute que François Fillon ait connu la même carrière sans l'aide aussi précieuse que discrète de Penelope. De l'organisation de dîners à l'analyse de l'actualité, elle a été présente à chaque instant.

Il y a donc ici un point à débattre : ce que madame Fillon a fait pour son mari a-t-il été exclusivement au profit de ce dernier, donc indirectement au sien propre, ou son apport a-t-il servi la République ? À l'heure actuelle, on ne peut pas trancher et toute réponse relève du procès d'intention.

Une pratique courante

La Tribune présente plusieurs cas de politiques (de droite et de gauche) embauchant ou ayant embauché des membres de leur famille et cite Mediapart qui avait évalué qu'on retrouve cette pratique chez 20% des élus. Comme le souligne très justement l'article, aucun contrôle n'est effectué sur la réalité du travail. Quand on voit comme l'Inspection du travail peut se montrer tatillonne jusqu'au surréalisme, cette négligence passe mal.

Une révélation bien commode

Bien sûr, toute information sur un détournement d'un budget de fonctionnement de l'État est par nature bonne à prendre. Cependant, ce genre de révélation fracassante sur un fait qui remonte à plusieurs années ne sort que parce que la campagne présidentielle a commencé et non pour nettoyer les écuries d'Augias. Que le coup vienne du camp Macron pour affaiblir le principal rival, du PS pour faire oublier sa primaire désastreuse ou ses trois ministres épinglés par la Cour des Comptes, ou encore de Rachida Dati qui avait clairement exprimé sa déception de voir NKM lui être préférée, c'est minable.

[Edit - 17h : J'avais oublié qu'on venait d'apprendre que Macron aurait utilisé de l'argent public pour lancer son mouvement. Le PenelopeGate ne saurait tomber plus opportunément.]

En conclusion

S'il est avéré que Penelope Fillon a occupé un emploi fictif, il sera certain que François Fillon est plus proche du reste de la classe politique qu'il ne veut le dire et ce sera forcément une grosse déception. L'image d'honnêteté du candidat des LR avait été un atout important lors de la primaire de droite comme le rappelle Jean-Daniel Levy sur Twitter :

Je continuerais cependant à soutenir François Fillon, il est le seul à aller dans la bonne direction, je n'ai pas le luxe de faire la fine bouche.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Parti(s) :

Flattr this!

Politique : le jeu des 7 différences

Le bonhomme de l'image du haut a un chapeau alors que celui de l'image du bas est tête nue. Voilà ! C'était la septième et dernière différence ! On a mis du temps à trouver les sept mais c'est fait. Ce jeu d'observation est parfois énervant tant on bute dessus mais on sait que c'est un jeu, que ça n'a aucune importance.

Malheureusement, ce n'est plus un exercice plus ou moins amusant, c'est la réalité politique. Nos élus sont perdus, ils n'ont plus la moindre vision, ils sont déconnectés de la société civile, ils ignorent tout des nouvelles technologies, etc. Résultat, ils proposent n'importe quoi et, d'un parti à l'autre, il est devenu bien difficile de repérer les fameuses valeurs qu'ils prétendent brandir en étendard.

Lire la suite

Flattr this!

[Ailleurs] agriculture, Macron, couacs et abus de pouvoir

Agriculture

Alors qu'on venait d'apprendre qu'un suicide d'agriculteur a lieu tous les 2 jours, de quoi parle le ministre en charge de ce domaine ? De gaspillage alimentaire ! Cerise sur le gâteau, Stéphane Le Foll évoque des chiffres fantaisistes. Peu de Français se nourrissent avec des aliments à 20 euros/kg…

Macron libéral ?

Argent public

Julien Aubert et madame le Président

Couacs

Flattr this!

Sarkozy rend-t-il fou ?

Il suffit que Nicolas Sarkozy montre le bout de son nez dans l'actualité pour que la presse et les commentaires se déchaînent. Alors quand il met fin au faux suspense de son retour en politique, que les journaux télé, la presse, les instituts de sondage, les militants, les haterz, les qui-s'en-foutent-mais-pas-tant-que-ça-en-fait, les adversaires, la majorité, l'opposition, toute la France ne parle plus que de Nicolas Sarkozy, on se demande si cet homme n'aurait pas le pouvoir de faire perdre la raison…

Lire la suite

Parti(s) :

Flattr this!

Européennes : la fête des nerfs

Je ne sais pas exactement à quoi on a assisté hier. Était-ce une gigantesque farce ou la faillite de la politique française ? Ou encore une farce qui prouve la faillite de la politique ? Pour que vous en jugiez, je vous donne les indices que j'ai relevés.

Lire la suite

Flattr this!

Complicité réduite au secret

Cela fait des années que la gauche se fait donneuse de leçons en tout genre mais surtout de leçons de morale. Pourtant, de Gérard Dalongeville à Jean-Noël Guérini en passant par Jérôme Cahuzac, pour n'évoquer que des affaires récentes, elle n'est vraiment pas bien placée pour le faire. Cette posture se retourne une fois de plus contre la gauche avec l'affaire Aquilino Morelle.

Ce scandale, bien qu'il touche directement le chef de l'État et le Premier ministre, ne concerne pas uniquement le Parti socialiste mais bien toute la classe politique.

Lire la suite

Flattr this!

Marine Le Pen et « le bipartisme » continuent de s’entretenir mutuellement

Cet article a été écrit par Benjamin Bousquet que j'ai l'honneur d'accueillir à nouveau sur Électrice.fr. Merci Benjamin et bonne lecture à tous !

Victoire de la droite, percée du FN, défaite cinglante de la gauche, désaveu du gouvernement et de Hollande… un constat rapide, clair et efficace. Mais comme à chaque résultat contrasté, nos politiques ont bien du mal à se remettre en question. Le sujet central des débats suivant les résultats électoraux, porta sur le succès du Front National dans plusieurs villes françaises. Dès lors, nous avons assisté à un mélodrame aussi pathétique que gênant sur les différents plateaux télévisés. Entre L’UMP prodiguant à l’unanimité -officiellement- la politique du “Ni-ni” (comprenez ni alliance avec le FN, ni avec le PS) et le PS, pensant incarner l’exemplarité morale du pays et voulant bâtir le fameux Front Républicain pour empêcher toute percée frontiste supplémentaire, le citoyen français s’est sans doute senti, une fois de plus, un tant soit peu lésé.

Lire la suite

Flattr this!

Assemblée Nationale, des trolls à foison

Ce gouvernement vole de réussite en triomphe, redressant ici la courbe du chômage, diminuant là la dépense publique, réglant des conflits à l'étranger en quelques jours, etc… Fort de ces succès, il est normal que les ministres s'offrent quelques bons moments de trolling. Les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale sont idéales pour cela !

Aujourd'hui, c'est Manuel Valls qui s'est régalé. L'encadrement de la manifestation à Nantes le week-end dernier a été si efficace que, pour répondre à une question sur le sujet, le ministre de l'Intérieur n'a pu s'empêcher de parler d'autre chose. Quoi de plus naturel ?

Bien sûr, l'opposition disposant d'un boulevard devant cette réponse loufoque ne pouvait trouver mieux que d'entrer dans le jeu de Manuel Valls et de quitter l'hémicycle avec l'air outragé de circonstance. Quelqu'un aurait lancé les jeux olympiques du troll qu'on n'aurait pu avoir un meilleur spectacle.

J'ignore si les élus savent à quel point les Français sont las de cette opposition stérile et de cette agitation factice, mais je ne saurais trop conseiller aux premiers d'arrêter de jouer avec les nerfs des seconds.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!

Taxe Amazon ou comment montrer qu’on est incompétent

Se mélant une fois de plus de ce qui ne le regarde pas, l'État a décidé de pénaliser Amazon au prétexte de soutenir les petits libraires.

Cette mesure montre son absurdité par plusieurs côtés :

  1. Il y a quelques mois encore, Arnaud Montebourg déroulait le tapis rouge à Amazon pour capter les emplois créés, l'entreprise américaine était alors présentée comme bienfaitrice ;
  2. Cette mesure ne pénalise pas Amazon, mais ses clients. Ce sont eux qui payeront plus cher leurs livres, ils devront soit moins en acheter, soit faire un effort supplémentaire ;
  3. Si un client renonce à commander un livre chez Amazon à cause de cette mesure, rien ne prouve qu'il ira l'acheter dans une librairie. Beaucoup d'achats en ligne sont fait tard le soir ou le dimanche et on sait que, même pour une librairie, la tendance n'est pas à l'ouverture des commerces en dehors des horaires de bureau ;
  4. La France est un beau marché pour Amazon, mais il ne lui est pas indispensable pour survivre. Si on s'acharne contre elle, l'entreprise américaine se passera de ce pays si mal gouverné, Montebourg pourra toujours pleurer sur les emplois perdus ;
  5. Chaque livre lu est une promotion de la lecture. Plus on perd l'habitude d'acheter des livres, peu importe la façon, moins les librairies ont des chances de survie.
  6. Je rajoute à tout cela que je suis à 20 kilomètres de la première librairie, cette mesure n'a pas le moindre risque d'augmenter ma fréquentation de l'une d'entre elles. Amazon, son choix immense et ses recommandations plutôt intelligentes sont une vraie chance pour moi.

    J'aime les librairies, je suis vraiment triste à chaque fermeture de l'une d'entre elles mais cette mesure ne peut en rien les aider. En revanche, un allègement des charges et taxes, via une réduction drastique des dépenses de l'État, leur ferait très certainement le plus grand bien. Hélas, il est bien plus facile de taper sur un bouc émissaire que de faire un véritable effort.

    [Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

    Flattr this!

L’indécence électorale

On pourrait penser qu'un homme politique moderne maîtrise les bases de la communication, ce serait un tort. La plupart de nos élus sont encore de gros balourds aux ficelles bien épaisses. Le Parti Socialiste en donne la preuve ces jours-ci…

Lire la suite

Flattr this!