Macron, la peine

Après une campagne sous acide, les électeurs ont choisi leurs finalistes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Bon.

Mon premier réflexe a été de soupirer longuement, il n'était pas question de tergiverser. Entre un programme fantôme et un programme d'extrême-drauche, je fais de Casper mon candidat.

Nouveau soupir.

Lire la suite

Flattr this!

Politique : le jeu des 7 différences

Le bonhomme de l'image du haut a un chapeau alors que celui de l'image du bas est tête nue. Voilà ! C'était la septième et dernière différence ! On a mis du temps à trouver les sept mais c'est fait. Ce jeu d'observation est parfois énervant tant on bute dessus mais on sait que c'est un jeu, que ça n'a aucune importance.

Malheureusement, ce n'est plus un exercice plus ou moins amusant, c'est la réalité politique. Nos élus sont perdus, ils n'ont plus la moindre vision, ils sont déconnectés de la société civile, ils ignorent tout des nouvelles technologies, etc. Résultat, ils proposent n'importe quoi et, d'un parti à l'autre, il est devenu bien difficile de repérer les fameuses valeurs qu'ils prétendent brandir en étendard.

Lire la suite

Flattr this!

Européennes : la fête des nerfs

Je ne sais pas exactement à quoi on a assisté hier. Était-ce une gigantesque farce ou la faillite de la politique française ? Ou encore une farce qui prouve la faillite de la politique ? Pour que vous en jugiez, je vous donne les indices que j'ai relevés.

Lire la suite

Flattr this!

Marine Le Pen et « le bipartisme » continuent de s’entretenir mutuellement

Cet article a été écrit par Benjamin Bousquet que j'ai l'honneur d'accueillir à nouveau sur Électrice.fr. Merci Benjamin et bonne lecture à tous !

Victoire de la droite, percée du FN, défaite cinglante de la gauche, désaveu du gouvernement et de Hollande… un constat rapide, clair et efficace. Mais comme à chaque résultat contrasté, nos politiques ont bien du mal à se remettre en question. Le sujet central des débats suivant les résultats électoraux, porta sur le succès du Front National dans plusieurs villes françaises. Dès lors, nous avons assisté à un mélodrame aussi pathétique que gênant sur les différents plateaux télévisés. Entre L’UMP prodiguant à l’unanimité -officiellement- la politique du “Ni-ni” (comprenez ni alliance avec le FN, ni avec le PS) et le PS, pensant incarner l’exemplarité morale du pays et voulant bâtir le fameux Front Républicain pour empêcher toute percée frontiste supplémentaire, le citoyen français s’est sans doute senti, une fois de plus, un tant soit peu lésé.

Lire la suite

Flattr this!

Le FN et les abandonnés

Après la victoire du Front National à Brignoles, on a eu droit au traditionnel chœur des grands humanistes de gauche. Comme toujours depuis des dizaines d'années, ils ont entamé le grand air du « On est tous frères sauf toi, le gars du FN, casse-toi, tu pues ». Ils ont ensuite enchaîné avec les hilarants appels à la tolérance (sauf pour toi, Marine, on t'a dit) (et toi aussi, Marion).

S'il ne s'agissait que de la survie du Parti Socialiste, j'en rirais aux larmes. Malheureusement, les victoires du FN ne font pas de bien à la France, ni humainement, ni économiquement. Alors quand le PS persiste à faire croire que le FN s'adresse aux racistes et à eux seuls, ça m'exaspère.

Il y a bien longtemps que Marine Le Pen a compris que les racistes constituaient une cible bien trop petite pour ses ambitions. Très habilement, elle récupère lentement mais sûrement, des catégories qui se sentent abandonnées : les agriculteurs, les professeurs, etc.

En s'obstinant à parler de xénophobie uniquement, le gouvernement et la gauche rejettent plus que jamais les électeurs potentiels de l'extrême-droite et risquent avant tout de les conforter dans leur vote. Tendre la main à ces électeurs, ce n'est pas tendre la main au FN, c'est, au contraire, la meilleure façon de lui barrer la route. Je le répète, François Fillon a raison.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Parti(s) :

Flattr this!

À part le FN, que reste-t-il au PS ?

Hier, dimanche, une cantonale avait lieu à Brignoles. Pour l'occasion, le P.S. avait doté ses militants d'armes massives : des pin's ! On notera l'ingéniosité du designer qui a joint le charme du vintage à l'efficacité du principe de base. En effet, sur cet objet désuet, une phrase puissante s'affiche :

« JE DIS que le FN est un parti d'EXTRÊME DROITE » (voir un exemplaire)

Lire la suite

Flattr this!

L’indécence électorale

On pourrait penser qu'un homme politique moderne maîtrise les bases de la communication, ce serait un tort. La plupart de nos élus sont encore de gros balourds aux ficelles bien épaisses. Le Parti Socialiste en donne la preuve ces jours-ci…

Lire la suite

Flattr this!

PS-FN : Fillon a raison

Que ce soit pour un coup de com' ou par sincérité, François Fillon a eu raison de sortir du ni-ni et du front républicain. Ces deux attitudes ne faisaient que renforcer l'assimilation par la gauche de la droite et de l'extrême-droite ainsi que l'existence de que le FN appelle « l'UMPS ».

Lire la suite

Flattr this!

Démagogie : la dissolution des groupes d’extrême-droite

La mort tragique de Clément Méric a donné lieu à un torrent de bêtises que rien ne peut sembler arrêter.

Après le stade « Les Antifas sont de tendres agneaux », nous passons au stade « Il faut dissoudre ces groupes ».

Notons que si Marine Le Pen, Jean-Marc Ayrault, Benoist Apparu, Manuel Valls et bien (trop) d'autres sont d'accord pour dissoudre les groupes d'extrême-droite, Jean-François Copé survole le peloton avec une demande de dissolution pour les groupes des deux extrêmes. Un poil mieux, mais seulement un poil.

Comment faut-il leur dire que ce type d'action est contre-productive ? Faut-il que Jean-Yves Camus explique que la dissolution de groupes d'extrême-droite est inutile ? « On ne peut pas faire obstacle à ces reformations »

Faut-il que ce soit Sylvain Crépon qui explique que c'est la meilleure façon de perdre de vue les membres de ces groupes ?

Comment faut-il leur dire que les spécialistes sont très réservés sur l'efficacité de la dissolution des groupes extrêmistes ?

On le voit, nos chers démagogues sont d'accord sur une proposition totalement absurde. Quant à Jean-François Copé, si je note que c'est légèrement mieux, c'est parce qu'il propose d'agir sur les 2 bords. Même si je ne doute pas de son envie de surenchérir dans la demande d'action, au moins, en s'en prenant aux deux extrêmes, il ne risque pas de créer un sentiment de martyr dans les groupes dissous.

Il est vraiment temps que le calme revienne et que cette affaire soit ramenée à une simple bagarre tragique. Hollande a besoin de rideaux de fumée pour cacher la faillite qui menace et son incapacité à agir. Ne lui faisons pas ce cadeau.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!

Des paroles et du tact (Le Lab)

Ce soir, cinq des dix candidats à la présidentielle ont été invités dans l'émission Des paroles et des actes. Pour la petite histoire, notons qu'il s'agissait de Nicolas Dupont-Aignan, Eva Joly, François Hollande, Marine Le Pen et Philippe Poutou.

Je n'ai pas vraiment compris le concept de l'émission. Des journalistes étaient présents et posaient des questions plus ou moins pertinentes, on pouvait s'attendre à une véritable épreuve. Si épreuve il y a eu, ça n'a été que pour les téléspectateurs. Certains ont dû se tenir les côtes et souffrir de la mâchoire à force de rire, d'autres ont dû pleurer toutes les larmes de leur corps.

(Lire la suite...)

Flattr this!