Les énigmes de la presse française

La presse française ne cache pas son penchant pour les partis de gauche, c'est de notoriété publique et, une fois qu'on le sait, ça n'a guère d'importance à l'heure d'Internet.

En revanche, cette même presse française m'intrigue souvent.

Quoi, le contenu ?

Pourquoi tant de journalistes semblent incapables d'ouvrir le moindre dictionnaire ? Pourquoi ne comprennent-ils pas l'importance du choix des mots et des règles d'écriture ?

Quand on fait un métier où ce qu'on dit/écrit doit être réfléchi et préparé, on ne peut pas se permettre d'à-peu-près et encore moins de contresens. Ceux qui observent l'utilisation du mot « libéralisme » dans la presse en sont souvent les témoins indignés.

Le produit « article de journal » étant de moins en moins bien fabriqué, il n'y a plus que les benêts pour s'étonner de la chute drastique de la crédibilité des vieux médias (presse, radio, télé).

Notons que la réponse de ces vieux médias se résume à une action : hurler au loup, en l'occurrence les « fake news ». Les mêmes qui nous ont répété que le nuage de Tchernobyl s'était arrêté gentiment aux frontières;, qui ont caché les sales petits secrets de Mitterrand, qui nous ont saoulé avec des affabulations sur Sarkozy(1) (sans pour autant nous informer sérieusement sur le quinquennat du petit Nicolas), etc., ces mêmes-là nous la jouent élites de l'information… Ça finit par être drôle tellement c'est grotesque mais ne le dites pas aux journalistes, ils diraient que vous appartenez à la fachosphère.

Bref, ça m'énerve, cette médiocrité des médias français s'ajoute à la médiocrité de l'enseignement scolaire, c'est beaucoup, vraiment.

Le mystère de l'affaire Bejach

En décembre dernier Christophe Bejach, fondateur du think tank Terra Nova, proche du PS comme une tique l'est d'un chien, conseiller ministériel, ancien de la banque Rotschild, se fait prendre en flagrant délit de pédophilie. Le dossier est lourd tant pour les accusations que pour les preuves. Le scandale aurait dû être retentissant.

OK, j'arrête ce suspense insoutenable, le scandale n'a pas été retentissant, il n'a pas été du tout, pas un mot de tout ceci n'a filtré dans la presse avant que ça sorte sur les réseaux sociaux. La fachosphèèèèère, bêleront les niaiseux dans leur désir d'éclipser le sujet.

Un homme important, proche du pouvoir, de la pédophilie, etc., il y avait tout pour faire de la feuille qui se vend bien. Le silence de la presse est dès lors incompréhensible.

Il n'y a que deux possibilités : censure ou autocensure. J'ai peine à dire laquelle est la plus grave.

Je m'adresse aux journalistes et autres professionnels de la profession, pourquoi ce silence ? Vous placez en général les métiers de la profession à peu près aussi haut que je le fais, alors j'aimerais que vous m'expliquiez cette faute majeure. Je ne demande pas de nom de coupable, je cherche seulement à comprendre.

Dans l'attente de votre réponse,…

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

  • (1) : Dans cet article, on évoque un Sarkozy qui "récupère" un stylo et le lien renvoie vers un autre article qui précise bien que le Président avait demandé la permission. Je connais peu de voleurs qui demandent la permission, mais je n'ai entendu parler que d'un vol. L'article semble d'ailleurs suggérer qu'il va y avoir récidive. Tranquillou. C'est mineur mais minable et saoulant.
Parti(s) :

Flattr this!


À lire aussi :

2 réflexions sur “Les énigmes de la presse française

  1. Je n'aime pas le conflit. Alors, après m'être un peu "écharpé" avec toi sur les réseaux sociaux - et m'être fait traité d'éjaculateur précoce - j'ai voulu en savoir un peu plus, d'où la découverte de ce blog. Je trouve ça bien de pouvoir laisser un message de + de 140 caractères : Twitter est la source de nombreuses incompréhensions. Et je ne pouvais pas me résoudre à ce que quelqu'un d'apparemment cultivée et qui écrit parfaitement (c'est tout de même un point très positif) ne soit représentée que par une insulte pareille. De plus, je partage mon bureau avec un libéral / lecteur de l'Opinion et on ne s'est jamais tapés. À la lecture de ce billet, je vois en plus que l'on partage plusieurs constats (école, presse). Oui, diplômé en journalisme mais journaliste repenti, je ne place ma prétention au niveau où je place ce métier, qui se déprécie en même temps que beaucoup d'autres, parce qu'à mon sens, l'éducation de masse a dilué la qualité des enseignements, a donné la prime aux diplômes en dévaluant la débrouillardise. Bref, tout ça pour dire que j'ai pris plaisir à lire ce billet, qui expose des faits avérés ; en revanche, je ne partage pas totalement le fait qu'internet et les réseaux sociaux soient une bénédiction pour la qualité l'information. Elle l'est pour la pluralité, la diversité, ça oui, sans aucun doute. Mais sans aller dans la fake news, même ceux à qui on demande de faire un travail consciencieux ne sont pas exempts de tout reproche.
    Pour répondre à ta question, je ne pense pas que ce soit forcément de la censure ou auto-censure mais cet homme n'est pas particulièrement connu. Un journal ne va pas titrer sur quelqu'un dont la notoriété est faible. Mais la presse s'auto-encourageant, il aurait suffi d'une petite étincelle pour que ça s'enflamme un peu plus. Epoque du buzz oblige...

    • 1) Une fois de plus, la presse déforme les propos tenus ! Je ne t'ai pas traité d'éjaculateur précoce, j'ai dit que tu employais les mêmes termes qu'une personne souffrant de ce trouble.
      Les gens qui me connaissent savent que, quand j'insulte quelqu'un, je suis loin d'être aussi modérée. :)

      2) Oui, les blogs, c'est bien, surtout les miens, c'est vrai.

      3) Oui aussi, j'écris parfaitement, merci de le reconnaître. Mon talent n'a d'ailleurs d'égal que ma modestie. =)

      4) Internet permet d'avoir accès à la presse du monde entier ou presque. De la même façon que voyager ouvre l'esprit, lire d'autres opinions, d'autres journalistes souvent moins affectivement impliqués, aide à prendre conscience des différents aspects de l'actualité.

      Il faudra que je fasse un second billet car tes réflexions en provoquent beaucoup d'autres chez moi et je t'en remercie. Au plaisir de te relire bientôt ? :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *