Le désarroi, forcément

Il y a des décomptes qu'on voudrait pouvoir s'épargner, ceux du nombre d'attentats ou de victimes des terroristes par exemple. Malheureusement, ce serait s'enfouir la tête dans le sable. Il faut faire face à la réalité, la France est une cible privilégiée. La question est « Que fait-on maintenant ? ». Et c'est là que le malaise s'installe.

Depuis des années, la classe politique nous a bercés de l'illusion qu'elle avait réponse à tout. Le chômage ? Créons l'ANPE ! L'ANPE échoue ? Créons Pôle Emploi ! Ajoutons-y des formules magiques : la dispense de recherche pour les plus de 50 ans, les dispositifs de retour à l'emploi, les formations professionnelles où le bidon le dispute à l'escroquerie pure, etc.

Je ne vais pas détailler chaque domaine mais cette apparence d'action a été autant utilisée au ministère du Travail qu'aux ministères de la Justice, de la Santé et de l'Intérieur. Après tout, ça a bien marché. Le seul truc à ne pas oublier, c'est de mettre un titre ronflant aux projets de loi pour cacher l'inanité du contenu. C'est comme ça qu'aujourd'hui, gauche et droite peuvent se réjouir d'avoir totalement sclérosé la France et prétendre légitimement à de nouvelles années au pouvoir.

Les tribunaux croulent sous le manque de moyens, les hôpitaux souffrent, l'école est devenue une très mauvaise garderie pour enfants, l'armée est envoyée dans les pires galères avec des tongs aux pieds, les forces de l'ordre sont cantonnées au rôle de spectateurs du vandalisme de l'extrême-gauche, etc. Tant que les Français acceptent ces dégradations, la vie (politique) est belle ! Des lois fondamentales, fondamentalement idiotes, de temps à autres, suffisent à assurer l'impression d'action.

Malheureusement pour nos amis énarques et surtout pour les victimes, le terrorisme vient exploser ce château de cartes. Ils ne sont vraiment pas sympa, ces djihadistes ! Ils font si peur aux gens que cette brave populace docile exige des réponses ! Et ils veulent des réponses intelligentes, les cuistres ! Ils ont un temps été rassurés par les coups de mentons, les périodes d'état d'urgence, l'opération Sentinelle qui a rendu l'armée visible mais c'est son seul résultat, les lois liberticides. Tous ces attrape-nigauds ont fait illusion un temps mais ça ne marche plus et, pire !, il faut trouver encore et toujours des propositions qui berneront à leur tour. Mais quoi ? QUOI ?

Forcément, François Hollande, Nicolas Sarkozy et alli ne sont pas habitués à ce qu'on leur demande des résultats et ils sont tous en erreur système. Ce n'est pas la première fois mais là, ça se voit vraiment. À un an de la présidentielle et des législatives, la classe politique affiche un BSOD.

On pourrait se réjouir de ce rideau qui se lève et qui révèle l'incompétence totale de nos élus, malheureusement il y a d'autres attentats à éviter, d'autres vies à sauver et vite !

Au désarroi des politiques qui ont heurté le mur de la réalité (même s'ils n'en ont pas tous conscience) répond mon propre désarroi. Je ne sais pas ce qu'il faut faire, je ne sais pas qui pourrait avoir au moins un début de solution, je ne sais pas qui pourrait être à la hauteur. Je ne peux même pas espérer un Général 2.0, personne ne pourrait aujourd'hui s'appuyer sur le moindre début de réseau de résistants.

Il y a des bonnes volontés, des esprits éclairés mais tous sont dispersés et les structures de la France sont inutilisables.

Est-ce que j'ai peur ? Oui mais bien plus de la nullité des prétendues élites que des terroristes. Sans les premiers, les seconds auraient la tâche plus compliquée.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!


À lire aussi :

Une réflexion sur “Le désarroi, forcément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *