Résignation

J'ai réalisé ce matin que je suis tellement résignée à ne rien attendre de bon de ce gouvernement que je me réjouis d'un abus scandaleux parce qu'il pourrait être pire. C'est comme si je leur étais reconnaissance de me tirer une balle dans la jambe parce que ça aurait pu être dans le ventre. C'est assez violent comme constat.

L'abus en question est le joli fromage que Manuel Valls a offert à Jean-Paul Huchon. En l'occurrence, un homme qui n'a brillé que par sa capacité à dépenser l'argent des autres sans apporter le moindre bienfait à ses administrés, cet homme part pantoufler dans un organisme plus ou moins bidon, l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières.

Je vous invite d'ailleurs à lire la page Wikipédia de l'ARAF(ER) pour vous rendre compte de l'absurdité du concept. Petit extrait croquignolet :

« Depuis la loi Macron du 6 août 2015, l'Arafer est chargée de réguler le marché des liaisons par autocar de moins de 100 km : elle s’assure que l’ouverture de nouveaux services de transport par autocar ne porte pas atteinte à l’équilibre économique des services publics conventionnés, ferroviaires (Transport express régional (TER), trains d’équilibre du territoire) ou routiers. »

Parler d'équilibre économique des services publics ferroviaires alors qu'on lance la construction de lignes TGV juste pour faire plaisir aux copains et alors que la rentabilité des lignes à grande vitesse a disparu, il fallait oser !

Oui mais

Des organismes, agences, délégations, autorités et autres billevesées, l'État en a à ne plus savoir qu'en faire et en crée d'une plume distraite chaque matin ou presque. Les amis du pouvoir, les bons serviteurs des élus et les enfants sans avenir y sont (re)casés sans que la morale soit seulement évoquée. La morale, vous savez, ce truc dont parle Manuel Valls :

Nous devrions exiger des comptes, la justification des nominations et des dépenses, etc. car c'est notre argent qui est dépensé allègrement ainsi.

Au lieu de ça, ce matin, je me réjouissais que l'ARAF ne soit qu'un fromage sans pouvoir. En effet, Hollande aurait pu confier une autorité normative et contraignante qui aurait asphyxié un peu plus la France.

Voilà. Aujourd'hui, non seulement je ne m'indigne plus de ce copinage mais je suis soulagée qu'il n'y ait pas de pouvoir de nuisance. C'est hallucinant.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!


À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *