Contre la déchéance de nationalité

François Hollande est à court de réponse contre le terrorisme. Il a déjà envoyé des militaires ici et là, sans résultat notable, bombardé la Syrie, fait les gros yeux, prononcé… euh… des tas de… euh… discours qui… euh… n'ont marqué… euh… personne, même pas dans la justice.

Après les terribles attentats de novembre dernier, il fallait agir et protéger sa ré-élection, pardon l'œuvre de sa vie, la COP21. Pour cela, le Président instaura l'état d'urgence, le prolongea et le bon peuple vécut heureux et en paix. Sur le papier.

En réalité, les Français n'étaient pas rassurés, la menace terroriste était toujours aussi forte et François Hollande toujours aussi peu rassurant. Ce dernier s'est donc dit qu'il était temps qu'il se donne une carrure de dur, de tatoué pour incarner le FN, pardon, faire barrage au FN. Pas pour abaisser la menace terroriste, non, restons sérieux.

Bref, Amonbofis et Tournevis eurent une nouvelle idée horrible : élargir l'application de la déchéance de nationalité ! Leur argument majeur est lourd : « Les Français sont pour ! »… S'il manquait une preuve qu'il s'agit de pure démagogie, nos deux larrons se sont empressés de la fournir.

Il existe bien d'autres raisons pour lesquelles je suis opposée à cette mesure, aucune ne me semble plus forte que les autres, les voici donc sans hiérarchie.

La déchéance de nationalité interviendra quand les actes auront été commis, c'est inutile.

Les terroristes sont fanatisés mais ils restent humains. Au moment de passer à l'acte, il n'est pas rare qu'ils prennent une drogue, le captagon souvent, pour vaincre leur peur et commettre le pire.

Qui peut croire qu'une formalité administrative supplémentaire aura le moindre impact sur leur volonté ?

Rétablissement de la double peine

Puisque cette déchéance fera partie de la condamnation et qu'elle ne peut concerner tous les Français, il s'agit bien d'un rétablissement de la double peine à laquelle la gauche s'opposait autrefois. Cette mesure qui n'a jamais fait preuve de la moindre efficacité était de surcroit grandement amoindrie par ses limites d'application. Il est bien probable que la déchéance de nationalité ne soit pas plus réalisable pour les mêmes raisons.

Destruction de l'unité nationale

Établir qu'il existe des Français moins français que les autres est la meilleure façon de fracturer profondément une nation déjà tellement fragilisée par les difficultés économiques et la faiblesse politique. Il ne peut rien sortir de bon de cela, le communautarisme prendra de l'ampleur, chacun se raccrochant à ce qu'il peut. À quoi aura alors servi le défilé du 11 janvier où des millions de Français ont montré leur volonté de rester forts face à la violence ?

Abaissement de la notion de nationalité

Tout ce qui était de près ou de loin patriotique a longtemps été considéré comme réactionnaire, voire fasciste, par nos élites  la notion de nationalité en est aujourd'hui mal acquise par beaucoup. Appartenir à un pays a pourtant beaucoup de sens, cela implique l'acceptation des droits et devoirs inhérents, mais aussi une très précieuse solidarité naturelle. En instaurant une hiérarchie entre les Français selon leurs ascendants, on fait d'un très beau concept une sorte de carte VIP qui peut être retiré à tout moment, un bête avantage commercial.

Je cite Justin Trudeau :

« dès que vous rendez la citoyenneté conditionnelle à un bon comportement pour certains Canadiens, vous diminuez la valeur de la citoyenneté pour tout le monde. » (source : Patrick Weil)

Rejet de nos fautes sur d'autres pays

Une fois déchus de leur nationalité, les terroristes seront priés de retourner là d'où ils n'auraient jamais dû partir : leur pays d'origine ou celui de leurs parents. Sachant que s'ils y risquent la peine de mort ou la torture, ils ne seront pas expulsés, la mesure perd immédiatement tout sens. Ajoutons-y la grossièreté d'imposer à d'autres pays de se débrouiller avec ces personnes indésirables chez nous…

Envoi d'un message négatif aux Musulmans du monde entier

Même si cette mesure ne vise pas implicitement les Musulmans en tant que Musulmans, il semble évident que les premiers, les seuls ?, touchés seront des Musulmans. Les errements de nos politiques ces dernières décennies nous valent déjà une opinion peu flatteuse, est-ce bien la peine d'en ajouter ? Surtout pour un résultat qui promet d'être aussi peu intéressant.

Renforcement de l'argumentation de Daesh &co.

Qu'il sera facile aux ennemis de la France d'affirmer que nous rejetons les Musulmans dès lors que le premier aura été déchu de sa nationalité, qu'il soit expulsé ou non ! Le simple fait que cette mesure soit discutée est déjà pain béni pour ces organisations terroristes ! Si François Hollande voulait les inciter à s'en prendre un peu plus à la France, il ne s'y prendrait pas autrement. La droite lui donne un aimable coup de main dans sa sinistre besogne, d'ailleurs.

Aveu d'échec politique

Comme un laboratoire d'essais qui jetterait les animaux qui n'ont pas répondu aux tests selon les attentes, notre pays se débarrasserait des individus sur lesquels les magnifiques politiques de la ville et les fantastiques réformes de l'Éducation nationale ont échoué. Plus de cinquante ans après que De Gaulle ait fait venir en masse des immigrés pour reconstruire la France, l'Islam est toujours clandestin : qu'est-ce qui justifie des salles de prières cachées ? Que les sources de financement des mosquées ne soient pas toujours connues ? Que les prêches se fassent parfois en arabe ? Rien d'autre que le clientélisme et la démagogie qui ont massacré l'avenir de millions de Français.

Alors, une fois que l'attentat a été commis ou, par chance, déjoué, que faire du terroriste ? On ne sait pas, on ne veut pas chercher, on ne veut pas se donner du temps, autant les abandonner chez un autre.

En conclusion

La déchéance de nationalité n'apportera rien de positif en France, bien au contraire ! C'est un aveu d'impuissance et de paresse. Cette mesure risque de nous coûter très cher en vies humaines et en opportunités économiques.

Au mieux, c'est le fantasme d'une solution, au pire, c'est une vengeance minable.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Parti(s) :

Flattr this!


À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.