Vertige…

La semaine dernière, j'ai été victime de ma distraction. J'ai totalement oublié de payer l'abonnement à mon FAI et ma connexion internet a été suspendue. Je pensais rager de cette interruption pendant des jours mais, surprise !, ça n'a duré que quelques heures. Très vite, le vertige a pris le pas sur la frustration.

Sur Twitter, l'actualité est immédiatement commentée et analysée. J'ai le plaisir de suivre beaucoup d'esprits brillants qui m'apportent des éclairages très instructifs. Je peux ainsi dépasser la dépêche d'info et replacer l'événement dans son contexte. À cela s'ajoutent les réactions des opposants, des sympathisants et des partis politiques. C'est aussi passionnant que nécessaire pour comprendre notre époque.

Ma déconnexion m'a fait découvrir l'inconvénient de cette richesse : le niveau désespérément bas de la classe politique s'efface. En n'ayant plus que les journaux télé ou la presse papier pour m'informer, j'ai ressenti un profond vertige en découvrant l'actualité sous sa forme brute. Oh, il y a bien des chroniques qui se veulent des analyses économiques ou politiques, mais l'intention ne suffit pas.

Paradoxalement, la médiocrité de notre classe politique m'a paru plus évidente sans le décryptage (pourtant souvent impitoyable) de ma timeline. Il est probable que la qualité de la seconde bénéficie à la première.

Il me suffit de prendre l'exemple de Marisol Touraine pour illustrer mon propos. Alors que la Sécurité Sociale traverse une crise grave sans le moindre espoir d'amélioration à court ou long terme, que les médecins témoignent de leurs difficultés, que les étudiants infirmiers expriment leur souffrance, que dix autres sujets majeurs exigent une réflexion de fond et des solutions fortes, sur quoi communique la Ministre ? La valeur nutritive du cassoulet !

Cette anecdote est d'ailleurs intéressante en ce qu'elle révèle la lâcheté médiatique. Les grands titres d'information se gardent bien d'analyser une déclaration politique ou un projet de loi, ils préfèrent se retrancher derrière les réseaux sociaux (« Twitter se moque… Internet se scandalise de… »).

Que dire aussi de Bernard Cazeneuve qui persiste dans son obsession de contrôler Internet et de borner toujours plus sévèrement la liberté d'expression ? Qui peut croire sincèrement que ce type de mesure permettrait d'éviter de nouveaux attentats, de nouveaux départs de candidats au dhijad ? Parce que quelques esprits faibles ne pourront plus tenir de propos racistes en ligne, une grande réconciliation nationale aura lieu, les Juifs pourront de nouveau circuler en paix même s'ils portent une kippa ? La bonne blague !

Je n'oublie pas que, il y a à peine un mois et demi, les Français défilaient massivement pour défendre la liberté d'expression, le droit de dire ce que l'on veut même si ça dérange certains. En réponse aux terroristes, Bernard Cazeneuve veut tuer les messagers. C'est affligeant de bêtise et de lâcheté !

Je passe sur toutes les dépenses en cours ou à venir que nous concoctent nos chers élus et qui sont aussi vaines qu'importantes. Je passe aussi sur l'école qui n'est plus qu'une friche à la disposition des idéologues, sur l'emploi qu'on rend plus inaccessible chaque jour, etc., etc…

Bref, seule face à toute cette médiocrité nocive, j'ai ressenti un profond vertige. Comment avons-nous pu en arriver là ?

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!


À lire aussi :

4 réflexions sur “Vertige…

  1. C'est malheureusement le quotidien de pas mal de français.

    Les journalistes ne veulent surtout pas analyser le fond ou confronter des idées. Ils ne fonctionnent plus que par Buzz.

    L'information en pâtit énormément et du coup, on voit les mêmes gueules, les mêmes infos , les mêmes grabataires (physique et/ou idéologique) qui, par flemme intellectuelle, se confinent dans leur rôle de buzzeur qui leur confère la visibilité sans avoir à trop de fouler...

    Et puis aprés tout, quand on a vraiment quelque chose à dire, on met plus en avant ceux qui vous crachent à la gueule qu'à écouter vraiment...

    Le vertige c'est tout les jours ...

  2. en parlant de marisol touraine: https://www.youtube.com/watch?v=i6RzIfgHsyo une conf pour les 10 ans de la loin sur l'accessibilité de 2005 où on vend/vante... du vent.

    dommage que tout la classe politique s'en foute voir pire tire à boulet rouge sur cette loi car ça coute cher et un logement accessible c'est moche. C'est une vision à court terme car la population vieilli et deviendra dépendante: qu'est ce qui coute plus cher: le maintien à domicile de ces personnes ou les foutent en maison de retraite surchargé et super cher?

    • @LeDanator : Oui, tous les jours mais sans filtre, c'est vraiment d'une violence incroyable !

      @Playmogeek : J'aimerais tellement que tu aies tort, hélas, tu n'as que trop raison ! Sans oublier qu'à la population qui vieillit, il faut ajouter les progrés de la médecine qui sauvent de grands prématurés et de grands accidentés au prix de gros handicaps parfois. Quand à la laideur d'un logement accessible, elle n'est due qu'au manque d'incitation à la recherche dans ce domaine. On peut la comparer, par exemple, à la laideur des HLM conçus uniquement pour faire au plus vite, au moins cher.

  3. exactement! on oublie aussi que même les personnes handicapées vieillissent elles aussi! Quand tu vois les choses peu rassurantes sur les conditions de vie des personnes en maison de retraite, je n'ose imaginer celles de personnes âgées handicapées/malades. A.Juppé se moquait des logements accessibles avec la salle de bain qui prend beaucoup de place sur le reste du logement et B.Apparu qui dit que c'est trop cher et qu'on n'a pas besoin d'autant... Pas une seule seconde les gens se disent "tiens, et si on faisait bosser les architectes sur la question et que la meilleure proposition remporte le marché?"

    Pour les HLM, c'est entrain de changer j'y habite et je n'ai pas trop à me plaindre. Pareil, on dit depuis des lustres qui faut des HLM en prenant pour référence ceux déjà existant et bien moches! Pas étonnant que les communes n'en veulent pas!

    Sans oublier que des HLM décents permettrait éventuellement que les habitants préfèrent rester chez eux que de trainer dehors.

    Ce qui manque aux politiques et aux décideurs c'est un cerveau et du bon sens, et d'arrêter de penser que la durée de vie d'une politique est égale à celle de leur mandat...

Répondre à Playmogeek Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.