Com’ pol : les étranges vœux de François Hollande

N'ayant pas regardé la séquence des vœux de François Hollande, je ne me livrerai pas à une analyse de ses propos. En revanche, la mise en scène m'a intriguée…

Je précise que mon refus de regarder cette séquence ne tient qu'au fait que j'avais bien mieux à faire et aucunement à une volonté de répondre à quelque appel au boycott. Ajoutons-y que, comme pour les vœux des présidents précédents, je n'en attendais rien. Je me concentre donc sur la mise en scène plus qu'étrange.

Le choix du bureau comme lieu de tournage

Le décor de chaque intervention politique est très soigneusement choisi. Pour ces vœux 2015, le bureau présidentiel a été retenu. Selon Jérôme Revon :

« Le souhait du président était de changer par rapport aux autres années et d'être au travail dans son bureau. » (cité par Le Figaro)

François Hollande a voulu prouver qu'il travaillait. Qui a besoin de prouver qu'il travaille ? Plus précisément, quelle personne occupant un poste très important a besoin de prouver qu'il travaille ? J'ai cherché rapidement sur Google Images des images de grands patrons photographiés à leur bureau. Il en existe certainement mais je n'ai eu aucun résultat pour Christophe de Margerie, Laurence Parisot, Franck Riboud, Gérard Mulliez, Guillaume Pepy, Michel-Édouard Leclerc ou Bernard Arnauld. Ils ne semblent pas avoir besoin de prouver qu'ils travaillent.

J'ai poursuivi mes recherches avec des hommes politiques. Si je n'ai aucun résultat pour Laurent Fabius, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, je trouve une photo de François Mitterrand, une de Jacques Chirac et deux de Valéry Giscard d'Estaing. Pour ce dernier, il y a une capture de l'enregistrement de ses adieux (« Au revoir…») et une autre de l'époque où l'ancien Président n'est encore que ministre. On notera la présence d'un verre d'alcool sur le bureau. Poseyyy, le Valy…

J'aurais bien sûr pu pousser l'exercice jusqu'à rechercher parmi les vidéos et j'aurais probablement trouvé quelques résultats. Il n'en demeure pas moins que prouver que l'on travaille ne semble pas un impératif courant.

Un bureau vide, preuve d'une activité intense ?

Selon l'article du Figaro cité ci-dessus, l'intervention du Président a été préparée pendant un mois. À quel moment, durant ce mois, les communicants se sont dit : « Hé ! Ce serait une super idée de vider son bureau pour montrer qu'il travaille !! ». Combien de verres d'alcool ou de lignes de coke ont été consommés avant cette fulgurance ?

Pas de papier (vierge ou non), pas de dossier, pas de stylo, pas de téléphone fixe ou portable, pas de tablette, pas de PC portable ou non, rien. François Hollande travaille. Sans rien. Très convaincant.

C'est d'autant plus idiot que plusieurs photos de François Hollande devant un bureau couvert de dossiers et d'outils existent. Le Lab d'Europe 1 s'est amusé au jeu des 7 différences. On pouvait retirer une partie de ce qu'il y avait dans la pièce pour gagner en clarté sans en arriver à ce dépouillement absurde.

Occupation de l'espace

Le langage du corps est très parlant, bien plus qu'un texte élaboré par une équipe pour parler à différentes cibles en espérant gagner des points. François Hollande, derrière son bureau, ne semble pas l'occupant des lieux, mais un simple visiteur. Ses bras ne sont pas franchement posés sur le bureau, au contraire, ses mains effleurent à peine le bord du bureau, comme le feraient les mains d'un visiteur timide.

Cela n'a rien d'étonnant pour un homme dont on transforme à ce point l'espace de travail. Déplacer et dégager totalement le bureau est décidément une idée catastrophique, le Président semble de passage dans un lieu qui l'effraie.

Les ors de la République

Autre effet indésirable du dépouillement total du bureau, les ors du Château sont bien plus visibles. Si on reprend le comparatif du Lab cité plus haut, on voit nettement sur la photo de la pièce en temps normal que la richesse du décor disparait un peu au profit d'une impression de professionnalisme.

Alors que la plupart des Français subissent les dégâts de l'appêtit croissant de l'État via les faillites, le chômage, les impôts et charges sans cesse croissants, s'afficher au milieu des ors de la République est une très mauvaise idée. De surcroît, quand on a volontairement rendu ce décor plus ostentatoire.

Communiquer sur la communication

Comme le montrent très bien l'article du Figaro cité précédemment et cet entretien avec Dominique Reynié, les conseillers de François Hollande se sont répandus dans les médias sur leur préparation de la séquence des vœux. Le making-of est probablement très excitant et, à une époque où l'on partage tout sur les réseaux sociaux, il doit être plus que tentant de répondre à toutes les questions.

Cependant, comme le souligne Dominique Reynié (à 5'45 environ), on en sait tellement sur la fabrication qu'on n'écoute pas la séquence en spectateur lambda mais en analyste. Il y a bien longtemps que les Français savent qu'il n'y a rien à attendre de ce type de séquence, bien longtemps qu'on en est venu à parler de la cravate ou de la mine du Président, ça remonte bien avant 2012.

Dès lors, était-il nécessaire de faire tant de bruit sur le making-of ? Était-il nécessaire de dire aussi ouvertement que les propos n'auraient aucune importance, que le Président ne faisait que se plier à un rituel ?

Conclusion

Il n'y a sans doute aucun Français réellement déçu après cette piètre séquence dont on savait à quel point elle était bidonnée. À 14% d'opinions favorables, François Hollande ne fait plus illusion, personne n'en attend plus de miracle, si quelqu'un en a jamais attendu un jour. Et pourtant, pourtant !, une séquence plus sincère, plus réussie n'aurait pas fait de mal. L'année 2015 s'annonce trop difficile pour qu'on puisse se réjouir de ce spectacle désolant.

Pour finir sur une note plus drôle, je partage ce détournement qui m'a fait rire :

Faut pas rester là, Monsieur !
-- Faut pas rester là, Monsieur ! --
(source)

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Parti(s) :

Flattr this!


À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.