Honte

En apprenant l'incroyable loupé de Bernard Cazeneuve, j'ai été aussi scandalisée qu'amusée. Scandalisée parce que le ministre de l'Intérieur s'est glorifié d'un fait imaginaire, amusée parce que les couacs de ce gouvernement, aussi tragiques soient-ils parfois, semblent sortir d'une comédie italienne.

Avec le recul, je suis horrifiée et honteuse. Je repense aux victimes de Mohamed Merah et à leurs familles. Les actes terroristes de Toulouse étaient assez imprévisibles mais nous sommes quand même redevables pour ces souffrances de tout faire pour que cela ne se reproduise pas.

Pourtant, il semble bien que le fait qu'aucun acte grave n'ait été commis depuis le retour des trois suspects ne soit dû qu'à leur absence de motivation. Le ministère de l'Intérieur n'a fait qu'enchaîner les cafouillages et, à leur débarquement à Marseille, les trois djihadistes présumés auraient pu perpétrer plusieurs attentats en toute tranquillité.

La semaine dernière, à l'Assemblée Nationale, le projet de loi terrorisme était discuté et voté dans un hémicycle faiblement rempli. Il est, entre autres, prévu le blocage administratif de site internet faisant l'apologie du terrorisme.

Bien que quelques rares députés, comme Laure de La Raudière, aient montré l'impossibilité technique de réaliser ces blocages, Bernard Cazeneuve n'a rien voulu entendre et a persisté dans son erreur.

Au delà de la grave atteinte à la liberté que représente ce texte, c'est cette volonté de simuler une action ferme qui m'exaspère et m'inquiète. Alors que le ministre de l'Intérieur aime gesticuler en séance, on apprend que le système de reconnaissance des douanes de Marseille n'a "pas fonctionné".

Tous les services d'ordre et de justice sont débordés, les personnels sont épuisés et insuffisants, le matériel fait défaut, notre frontière est une passoire même pour des personnes signalées à risque, et Bernard Cazeneuve parade avec un trompe-l'œil !

L'État veut être partout, il n'est nulle part !

Oui, j'ai honte. Je présente mes excuses aux victimes de Mohamed Merah et à leurs proches. Je suis coupable d'avoir, moi aussi, laissé notre classe politique en arriver à ce point d'incompétence et de prétention.

Pardon.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Parti(s) :

Flattr this!


À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.