Primaire PS : Aubry, Royal et Hollande

Je reviens plus en détail sur le second débat de la primaire PS et en particulier sur les prestations de Martine Aubry, Ségolène Royal et François Hollande. Je vous parlerai de Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Jean-Michel Baylet dans l'article suivant.

Martine Aubry

Martine Aubry - Photo : Wikimedia La première question qui a été posée à chacun des candidats était « Que ferez-vous aussitôt élu(e) ? ».

Là, Martine Aubry a frappé fort : elle diminuera le salaire du Président et des ministres. Mon démagomètre a explosé. Certes, Nicolas Sarkozy a augmenté son salaire de 172%. Dit comme ça, ça parait énorme, mais ça ne fait jamais qu'un peu plus de 21 000 €. On est très, très loin du salaire d'un footballeur alors que la tâche est bien plus lourde. Et je ne parle même pas de la rémunération d'un dirigeant de multinationale !

Démago mais pas folle, Martine Aubry pense aussi à ses arrières et n'envisage qu'une diminution de 30%. C'est à dire que, loin de ramener le salaire à ses 7 084 € de 2007, elle le réduit à 14 800 €. Notons que cette réduction de 30% avait déjà été annoncée par François Hollande mi-septembre.

Martine Aubry annonce aussi que le 7 mai, le lendemain même de l'élection, elle rendra visite à Angela Merkel.

Martine Aubry annonce aussi que le 7 mai, le lendemain même de l'élection, elle rendra visite à Angela Merkel. Notez sa délicate attention : elle ne la convoque pas, elle est prête, oui prête, à faire le déplacement. Merkel-Aubry, un match qui s'annonce passionnant. Je voterais presque pour la candidate prête rien que pour voir ça !

Dans ses propositions suivantes, Martine Aubry a privilégié la méthode Yaka : Yaka bloquer les loyers pour préserver le pouvoir d'achat (corollaire : Yauraka pleurer sur le manque de logements à louer car le privé va se réduire comme peau de chagrin) ; Yaka recommencer avec les emplois-jeunes, ça n'a pas marché sous Jospin mais c'était si rigolo ; Yaka croire à une croissance forte à partir de 2013, même si les estimations des experts, du FMI et du gouvernement pour 2012 ne vont que de 1,2% au pire à 1,75% au mieux...

Martine Aubry a beau clamé qu'elle est prête, ce n'est pas l'impression qu'elle me donne. Ses propositions ne tiennent pas la route et elle est trop intelligente pour ne pas s'en rendre compte. Elle s'est opposée à ses adversaires lors du débat mais d'une façon brouillonne, sans conviction. Je la sens tiraillée entre sa répugnance à ce que le candidat officiel du PS soit Hollande ou Royal, et son manque d'envie pour la Présidence.

Ségolène Royal

Ségolène Royal - Photo : Wikimedia Ségolène Royal n'est pas candidate à la primaire PS, elle est candidate à la Présidentielle et aimerait que ce soit clair pour tous. Elle est la seule légitime, qu'on se le tienne pour dit !

Ainsi, à la question d'ouverture « Que ferez-vous aussitôt élu(e) ? », elle répond en s'adressant à « Mes chers compatriotes » alors que c'est Arlette Chabot qui a posé la question.

Ségolène Royal est en campagne nationale, pas interne. D'ailleurs, elle va parler au cœur des altermondialistes et de l'extrême-gauche : sa première action sera de faire « obéir les banques ». On ne sait pas très bien ce que ça veut dire, on ne sait pas si elle a conscience du point d'infaisabilité de la chose, ni des risques que cela comporte, mais pour quelqu'un d'un peu naïf, ça doit certainement en jeter.

Ensuite, Royal nous montre à quel point elle méconnait les entreprises. La vraie-candidate veut que les banques prêtent aux entreprises qui embauchent. Visiblement, elle ne sait pas que ce ne sont pas forcément ces entreprises qui ont besoin d'argent. On peut avoir le personnel nécessaire mais avoir besoin de matières premières pour une commande exceptionnelle, par exemple.

Enfin, Ségolène Royal nous promet un gouvernement paritaire d'hommes et de femmes irréprochables. Irréprochables et compétents ? Être ministre ne s'improvise pas, comme nous le rappelle Authueil. Je ne dis pas qu'il soit impossible de trouver des hommes et femmes politiques irréprochables, Dieu merci !, mais qu'il me parait difficile d'en trouver suffisamment pour former un gouvernement. Les fautes pouvant d'ailleurs se limiter à avoir couvert les fautes des autres. On a vu ce que Montebourg a enduré pour avoir dénoncé Guérini et à quel point il était isolé en cela, on comprend que d'autres soient prêts à fermer les yeux.

La promotrice de la voiture électrique veut bloquer le prix de l'essence

Pour continuer dans l'insolite, Ségolène Royal bloquera le prix de l'essence. La promotrice de la voiture électrique veut bloquer le prix de l'essence, mais pas celui de l'électricité, curieux, non ? Cette mesure bénéficiera donc uniquement aux propriétaires d'une ou plusieurs voitures et pas aux retraités qui ne se déplacent qu'à pied ou en bus, faute de moyens. Pour peu qu'ils aient la chance d'être logés en HLM comme moi, ils savourent le plaisir du tout-électrique et de la facture qui tue.

Enfin, j'ai tenu à retranscrire fidèlement ces passages tant ils me semblent surréalistes :

« Deuxièmement : pour l'emploi, je ferais en sorte que le ministre des Finances propose les bases de la réforme de la justice fiscale. » La justice fiscale, c'est bien, mais le lien avec l'emploi n'est pas évident, pourtant la vraie-candidate ne l'expliquera pas.

Et Ségolène Royal de conclure :

« Justice et efficacité, telle sera la boussole de l'action gouvernementale. »

Ses spin-doctors prennent des choses très fortes.

François Hollande

François Hollande - Photo : Wikimedia Après la candidate-prête et la vraie-candidate, passons au candidat-normal. En se définissant ainsi, François Hollande affirme que les autres candidats sont anormaux, ce qui prouve son esprit de bonne camaraderie. On comprend mieux qu'il soit tellement ami avec Martine Aubry et qu'il ait gardé de si bons rapports avec Ségolène Royal.

L'une des propositions-phares de François Hollande est le "Contrat génération" qui consiste à embaucher deux personnes (l'une jeune et l'autre, âgée) pour un même poste en échange d'exonération de charges. Le candidat-normal propose donc d'ouvrir les droits sociaux à deux personnes tout en encaissant, au mieux, ceux d'une seule. Heureusement que les caisses sont excédentaires !

Cette proposition ne répond pas au problème des chômeurs âgés de 25 à 50 ans, qu'ils soient de courte ou de longue durée. De plus, elle risque de créer des effets d'aubaine et d'avoir finalement un effet négatif. C'est totalement à côté de la plaque !

François Hollande veut aussi « mettre de l’ordre dans les salaires des dirigeants du privé ». Ça sent fortement le racolage à gauche, ça ! Que signifie "mettre de l'ordre" pour quelqu'un qui « n'aime pas les riches » même s'il bénéficie personnellement d'un traitement très confortable ?

Cette proposition vise forcément les dirigeants des très grosses entreprises, les PME ayant rarement les moyens d'offrir des salaires mirobolants à leurs cadres. Ces très grosses entreprises font partie de grands groupes mondiaux. Pour mettre de l'ordre, que fera Hollande ? Il nationalisera ? Il négociera entreprise par entreprise ? Je n'ai pas besoin de consulter mon démagomètre pour voir toute l'hypocrisie de la proposition.

Quel est son bilan à la tête de la Corrèze ?

Ségolène Royal et Martine Aubry ne se lassent pas de le répéter : François Hollande n'a jamais été ministre. Pour contrer cet argument, il oppose son expérience de député et de président du Conseil général de la Corrèze. Quel est son bilan à la tête du département ? D'après le Figaro, il ne serait pas très brillant : la Corrèze serait l'un des départements les plus endettés. Si la suppression de la taxe professionnelle a été un coup dur, elle ne serait pas seule en cause. Le Figaro pointe par exemple, la curieuse distribution d'iPad aux collégiens et à leurs professeurs. Ce support n'étant ni le moins cher, ni le plus efficace, le choix est pour le moins saugrenu.

Dans le débat d'hier soir, François Hollande a minimisé les risques, prenant la parole le dernier afin de récolter les fruits des propos de ses concurrents. Manuel Valls n'a pas été dupe et l'a obligé à prendre la parole avant lui d'un « Pour une fois, ne conclus pas, vas-y ! ».

Par ses propositions démagogiques et ses emprunts aux déclarations des autres candidats, François Hollande m'a démontré son inaptitude à la fonction présidentielle. Savoir écouter est une bonne chose, savoir proposer et savoir s'imposer sont indispensables pour gouverner. Visiblement, François Hollande ne sait faire ni l'un, ni l'autre.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Photos : Wikimedia

Parti(s) :

Flattr this!


À lire aussi :

Une réflexion sur “Primaire PS : Aubry, Royal et Hollande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.